Les 32èmes de finale au Stadium

9 janvier 2017

En ce premier week-end de janvier, les vœux sont de mise ainsi que le retour de la Coupe de France qui fête en 2017 sa 100ème édition, bonne année (meilleurs vœux et tout et tout) et bon anniversaire donc !
Personnellement, ce que j’aime dans les phases de Coupe à élimination directe c’est que sur un match tout est possible, et on peut donc avoir des surprises à tout moment, des « petits poucets » qui grâce à une motivation sans faille avancent le plus loin possible et des « gros » qui se font surprendre par des adversaires parfois sous-estimés…

Et cette édition ne devrait pas faire exception puisque l’OGC Nice, actuel leader du championnat, a été éliminé par Lorient, dernier et relégable après la moitié de la saison.

Parmi les autres rencontres de Ligue 1, Toulouse recevait l’Olympique de Marseille au Stadium. C’est un match un peu difficile à définir, entre un TFC entraîné par Pascal Dupraz depuis mars 2016 et qui s’est maintenu difficilement la saison dernière, et un OM en pleine reconstruction, récemment racheté par Frank McCourt et dont l’actuel coach Rudi Garcia n’est sur le banc que depuis fin octobre 2016.

Mais nous avions quand même joué au jeu des pronostics et voilà ce qu’il en était sorti :

  • Pour Antho, un score final de 1 – 3 (donc une qualification de Marseille) avec de préférence un but de Maxime Lopez.
  • Et pour moi, un score de 1 – 2 (dont la même équipe qualifiée) mais avec un scénario du type ouverture du score rapide par l’OM qui mène pendant un moment, Toulouse qui égalise et les Marseillais qui se qualifient au bout du temps.

La suite nous dira qui avait raison… 🙂

Nous voici donc partis pour le Stadium, où notre arrivée a été un peu chaotique, entre manque de personnel pour le premier contrôle de sécurité (billets + ouverture du manteau) et manque d’information pour le deuxième (fouille) puisqu’en tant que femme je ne peux être contrôlée que par une femme et que rien n’indiquait qu’elles étaient groupées à une extrémité du cordon de sécurité…
Après une chenille féminine pour atteindre le contrôle, un passage au tourniquet pour scanner nos e-billets et une marche rapide pour atteindre notre porte, nous sommes enfin entrés dans le stade pile au moment du coup d’envoi (ouf !).
Et là : surprise ! D’autres spectateurs étaient installés à nos places, apparemment avec les mêmes numéros que nous… Donc après une petite intervention d’un stadier, nous nous sommes retrouvés assis juste derrière des membres du staff marseillais et avons enfin pu profiter du match.

A la mi-temps, le score était nul et vierge, et je pense que les 22 acteurs ont dû être secoués par leurs entraîneurs respectifs, qui s’agitaient dans leurs espaces attitrés pendant les 45 premières minutes.

Et à la reprise, l’OM ouvre le score par Cabella (49ème minute) qui a peut-être voulu nous faire mentir alors que nous étions en train de lui reprocher sa manière de faire des passements de jambes et autres gestes au mieux inutiles et parfois même aboutissant à la perte du ballon !

Mais les Violets ne se laissent pas abattre et reviennent au score très rapidement par Durmaz (57ème minute).

Les Marseillais devaient certainement avoir entendu nos pronostics et ont voulu me donner raison puisqu’il a ensuite fallu attendre la la seconde période des prolongations pour voir le deuxième but de Cabella (106ème minute) synonyme de qualification.

Pascal Dupraz a vivement réagi pendant et après le match sur la présence des supporters Marseillais au Stadium, déclarant « c’est insupportable pour moi qu’une agglomération de plus d’un million d’habitants ne fasse pas la loi dans les tribunes » et même s’il ne lira pas mon opinion, je vais quand même la partager avec vous… 😉

Déjà pour commencer je ne pense pas que notre lieu de naissance ni d’habitation ne puisse définir notre club de cœur, de même que cela ne me paraît pas inconcevable de supporter une équipe nationale différente de notre nationalité à partir du moment où il ne s’agit pas juste d’une provocation envers les autres supporters.

Ensuite, Toulouse étant une ville étudiante située dans une région attrayante et professionnellement intéressante, nombreux sont ceux qui ne sont pas originaires de la ville rose mais sont venus s’y installés en prenant avec eux leurs passions notamment footballistiques.

En plus, le Sud-Ouest est plutôt ovale que rond, et les amateurs de ballons Toulousains sont à mon avis plus rouges et noirs que violets, ce qu’on ne peut pas vraiment leur reprocher quand on regarde les palmarès des 2 clubs et leurs ambitions respectives !

Personnellement, je suis avant tout amatrice de ballon rond et si l’ambiance au Stadium était plus chaleureuse, je ne dirai pas non pour y aller plus régulièrement !

Dernier point et même si j’aime bien le coach Dupraz, je ne suis pas tout à fait d’accord avec lui quand il déclare « les supporters marseillais ont gagné« , je trouve que si l’on excepte les supporters « déclarés », le public Toulousain est assez bipolaire et se range du côté de l’équipe qui domine en fonction des phases de jeu, attitude que je ne trouve pas forcément géniale…

L’aventure en Coupe de France s’arrête donc là pour les Violets qui joueront leur prochain match de L1 au Stadium face aux Canaris Nantais le 14 janvier tandis que les Marseillais recevront les Monégasques en championnat le 15 en attendant les 16èmes face aux Lyonnais (vainqueurs 5 – 0 face aux Montpelliérains) à la fin du mois.

Au sujet de l'auteur : Maïlis

Passionnée de ballon rond depuis ma plus tendre enfance, je m'anime dès que le mot "football" est prononcé et j'adore passer des heures à pronostiquer, commenter puis débriefer autour de tous les matchs que j'ai la possibilité de voir...
Et je n'hésite pas à adapter mon planning lorsqu'une rencontre importante est programmée !