Des buts, du suspense et une malédiction…

12 juin 2016

Sur la photo ci-dessus, de gauche à droite : Harry Kane (Angleterre), Gareth Bale (Pays de Galles), Artyom Dziouba (Russie), Marek Hamšík (Slovaquie).

MATCH DE 15H : Albanie – Suisse

Tout d’abord, c’est l’Albanie et la Suisse qui ouvrent le bal.
Match très important pour la suite du classement du groupe A et donc pour le calendrier des Bleus. Le match se déroule au Stade Bollaert-Delelis à Lens, où 35 000 spectateurs sont réunis. Les suisses partent largement favoris et donnent le tempo d’entrée de jeu avec une équipe regroupée en 4-2-3-1, guidée par le talent de l’attaquant droit, Xherdan Shaquiri.
L’Albanie quant à elle est une équipe un cran en-dessous mais elle possède tout de même un atout que beaucoup d’autres n’ont pas, un collectif très soudé. Cette dernière joue le match en 4-3-3.

Dès la 5ème minute, la Nati ouvre le score sur corner avec comme buteur le numéro 22, Fabian Schar, et à la 36ème minute, l’équipe Albanaise perd son capitaine Lorik Cana suite à deux avertissements dont une faute de main plus que stupide et évitable… Dans ce match il y a des occasions franches des deux côtés, mais les gardiens effectuent plusieurs sauvetages très décisifs. L’attaque albanaise ne trouve pas le chemin des filets à cause d’un manque de technique flagrant devant les buts.
Le score reste figé et les défenses solides. 1-0 score final. Ce qu’on peut également retenir de ce match c’est que c’est la première fois dans l’histoire d’une Coupe d’Europe que deux frères s’affrontent, les frères Xhaka.

Même dans la douleur, l’important est fait, la Suisse prend la deuxième place du groupe A à égalité de points avec l’équipe de France.

Match de 18h : Pays de Galles – Slovaquie

Pour le deuxième match de cette journée, c’est la Slovaquie de Marek Hamsik qui est opposée aux Pays de Galles de Gareth Bale. 40 000 spectateurs sont présents dans le stade du Matmut Atlantique à Bordeaux. Niveau tribune il n’y a presque pas eu de match puisque les supporters Gallois sont venus beaucoup plus nombreux.

Les deux formations ont chacune leurs techniques, les slovaques évoluent en 4-5-1 et les Gallois en 3-5-2. Dès la 3ème minute Hamsik est condamné à l’exploit individuel, le joueur napolitain élimine 3 joueurs suite à une somptueuse feinte de frappe, gagne son duel avec le gardien mais le retour d’un dernier défenseur prive la Slovaquie de l’ouverture du score. Plus rien jusqu’à la 10ème minute et un coup franc magique transformé par l’inévitable attaquant du Real de Madrid, Gareth Bale qui prend à contre-pied le gardien adverse déboussolé…

Comme un symbole, qui d’autre aurait pu inscrire le premier but de l’histoire des Dragons en coupe d’Europe ? Plus rien à se mettre sous la dent par la suite… La deuxième période débute, le coach slovaque fait rentrer un joueur frais, Ondrej Duda, qui se transforme en buteur dès la 61ème minute suite à une frappe bien envoyée dans le petit filet droit. Au moment où le match devient ennuyeux, Aaron Ramsey, le meneur de jeu de l’équipe galloise décide de prendre les choses en mains et choisit le bon moment pour délivrer une belle passe décisive pour Robson-Kanu qui vient donner la première victoire en coupe d’Europe à son pays.

Tout simplement HISTORIQUE ! Les Gallois commencent bien leur compétition en s’emparant des 3 points et de la tête du groupe B, en attendant le résultat de leurs voisins Anglais.

Match de 21h : Angleterre – Russie

Malheureusement, ce match aura été terni par les tensions et affrontements à Marseille, qui ont commencé dès jeudi soir… Bilan : plusieurs personnes en sang, certaines même gravement blessées et des scènes de panique y compris dans les tribunes du Vélodrome !
C’est donc dans un contexte très tendu et avec un état d’esprit troublé que les joueurs Anglais et Russes se rendent au Stade Vélodrome où 65 000 spectateurs les attendent.

Les hommes de Slutski débutent cette partie en 4-2-3-1 avec un Dzyuba seul en pointe et un Shatov comme meneur de jeu. La sélection de Hodgson quant à elle joue ce match en 4-3-3 avec Rooney comme milieu central et Hary Kane en position de numéro 9 préféré à l’attaquant de Leicester Jamie Vardy.

La première période est largement dominée par la formation anglaise qui ne laisse aucun ballon à son adversaire du soir. Elle essaye de combiner en enchaînant des passes courtes tandis que les russes, eux, exploitent les moindres ballons récupérés pour les transformer en contre-attaque.

Rien d’intéressant jusqu’à un coup franc tiré par Eric Dier à la 75ème minute. Il envoie une frappe lourde côté ouvert et délivre son équipe. Le score est de 1-0.

Seulement la Russie n’est pas venue ici pour faire figuration et compte bien marquer des points pour la suite de l’aventure. L’entraîneur décide alors de faire entrer des joueurs en forme et d’effectuer un pressing haut, plus qu’étouffant. Alors qu’on se dirige vers une victoire Britannique, les russes vont enfin être récompensés pour les efforts fournis tout au long de cette partie.
92ème minute, Vasili Berezutski marque de la tête depuis une position difficile, en sautant haut pour reprendre ce centre, et envoyer la balle vers le poteau opposé.

La malédiction continue, l’Angleterre qui n’a jamais remporté son premier match dans un Euro, a encore raté le coche en se faisant rejoindre in extremis par la Russie qui obtient un point à l’arrachée et maintient son espoir de qualification.

A très vite 🙂

Source visuel : www.eurosport.fr

Au sujet de l'auteur : Anthony G.

Plus qu'une passion, un mode de vie ! Voilà comment je définirais ce sport devenu vital pour bon nombre d'entre nous, car depuis toujours, nos week-end sont rythmés par des émotions et des moments qui restent à jamais gravés dans nos mémoires...
Débriefs, analyses, pronostics ou infos de dernière minute, comptez sur moi pour tout partager ! :)