Quand l’Olympico tourne au fiasco

19 mars 2018

Contexte brûlant

Pour clôturer de fort belle manière cette 30ème journée de Ligue1, l’Olympique de Marseille (3ème au classement) recevait l’Olympique Lyonnais (4ème) pour ce qui devait être un match au sommet…

Suite à sa qualification pour les quarts de finale en Europa League ce jeudi, c’est un OM en grande forme et en totale confiance qui s’apprête à recevoir un OL qui traverse une période difficile.
En effet, les lyonnais restent encore traumatisés de l’élimination dont ils ont été victimes à domicile en Europa League. Ainsi, n’étant pas parvenu à éliminer le CSKA Moscou ce jeudi, leur objectif premier, qui était d’atteindre la finale de cette compétition, fut bafoué par les joueurs ainsi que le coach. Un coach qui restait sur 1 seule victoire sur les 7 derniers matchs de championnat, et connaissait très bien les enjeux et les risques qu’il en courait… Ainsi, selon des sources avancées par Canal +, certainement après mûre réflexion, suite à ce nouvel échec, c’est en toute intimité que Bruno Génésio décide ce dimanche d’apporter sa lettre de démission à Jean Michel Aulas qui refuse aussitôt.

Film du match : OM 2-3 OL

Afin d’illustrer les difficultés que rencontrent Rudi Garcia et ses hommes face au top 4 de Ligue1, il serait nécessaire d’en rappeler les statistiques : Marseille n’a remporté aucune de ses 6 rencontres face aux autres membres du Top 4 en Ligue 1 cette saison (2 nuls, 4 défaites). A l’inverse, Lyon en a remporté 4 (avec 2 défaites).

C’est donc un 11 de départ revanchard qui est aligné par Rudi Garcia, avec à la clef la première titularisation face à une équipe du top 4 du jeune Maxime Lopez, préféré à Sanson ainsi que Anguissa. Ce même Anguissa qui déclarait quelques jours auparavant en conférence de presse qu’ils allaient les « exploser ».

En parallèle, Génésio aligne lui son équipe type, en accordant plus de liberté à Aouar afin d’endosser le rôle de Fekir, blessé. A noter que, Depay, décevant face à Moscou, est laissé sur le banc, remplacé par Cornet en forme.

Ouverture du score

En première période, l’OM monopolise le ballon (62%) et se laisse guider par les accélérations de Payet, bien menées par les récupérations de Gustavo. Les Phocéens ne laissent pas respirer leurs adversaires et viennent inscrire le premier but de ce match à la demi-heure de jeu par l’intermédiaire de Rolando. Un coup franc déposé sur la tête de Rami qui offre le but à son compatriote défensif.

L’OM lâche prise, L’OL en profite !

Comme à leur habitude, les Marseillais venant d’ouvrir le score et ne parvenant pas à inscrire le second, commencent à s’endormir et se relâchent peu à peu. Cette nonchalance sera illustrée par la blessure du défenseur japonais Sakai, déséquilibrant ainsi toute le côté droit de la défense olympienne. Ce qui devait arriver arriva, les Lyonnais reprennent confiance et viennent égaliser juste avant la mi-temps, suite à un cafouillage défensif qui vient surprendre un Mandanda dans un très grand soir. De cette manière, l’équipe à domicile rentre aux vestiaires, très frustrée avec le sentiment d’avoir pris un énorme coup derrière la tête. Une frustration prémonitoire…

Deuxième période

En deuxième période, l’intensité s’amplifie, et les Gones prennent le dessus dans les duels et les récupérations au milieu de terrain. Aouar prend de plus en plus d’ampleur, remonte les ballons et fait jouer ses coéquipiers avant d’ajuster Mandanda d’un ballon brossé à l’entrée de la surface (52ème minute).

L’OM est en grande difficulté et n’arrive plus à trouver les espaces entre les lignes. A l’image de Germain et Thauvin, d’habitude plus que décisifs, ces deux hommes passent complétement à côté de leur match et ne proposent rien, à croire que les deux attaquants se cachent, délaissant ainsi leurs coéquipiers à 9 contre 11. Rudi Garcia perçoit très bien les points faibles de son équipe et lance Mitroglou et Sanson à une demi-heure du terme, afin d’arracher l’égalisation.

Fin de match honteuse !

A 5 minutes du coup de sifflet final, Mitroglou vient réaliser l’exploit en inscrivant de la tête son 2ème but en 2 matchs de championnat. Le stade exulte pensant décrocher le nul mais, c’était sans compter sur la rage de Memphis Depay qui vient prendre le dessus sur son marquage avant d’éteindre un stade bouillant et ainsi offrir la victoire aux siens d’un coup de tête précis placé côté opposé. Un Depay, une nouvelle fois buteur dans les arrêts de jeu, comme ce fut le cas face aux Parisiens.

Le coup de sifflet final est donné, synonyme du commencement des scènes honteuses auxquelles les téléspectateurs ont fait face…

En effet, Marcelo, le défenseur brésilien de 30 ans vient brandir son maillot en direction des supporters marseillais en guise de provocation. Cet acte, n’est forcément pas accepté par les joueurs locaux qui en viennent aux mains dans les couloirs du stade. Des scènes pathétiques qui conforteront certainement les personnes n’aimant pas ce sport, dans l’idée d’un sport collectif puéril, qui une fois de plus se ridiculise aux yeux de tous, à l’image des comportements honteux que ces « professionnels » laissent paraître.

La bonne opération

Le côté positif de ce soir est uniquement pour les Lyonnais, qui se relancent, et qui réduisent ainsi l’écart à 2 points avec leur concurrent direct. Génésio se rassure, Garcia sombre.

A noter également la performance XXL fournit par Aouar, plus que jamais maître du match à seulement 20 ans. Il a réussi à poser le jeu et à relier l’attaque lyonnaise, qui avait tendance jusqu’alors à trop se reposer sur ses exploits individuels.

Crédit image : R.Martin www.lequipe.fr

Au sujet de l'auteur : Anthony G.

Plus qu'une passion, un mode de vie ! Voilà comment je définirais ce sport devenu vital pour bon nombre d'entre nous, car depuis toujours, nos week-end sont rythmés par des émotions et des moments qui restent à jamais gravés dans nos mémoires...
Débriefs, analyses, pronostics ou infos de dernière minute, comptez sur moi pour tout partager ! :)